Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 21:27

Que l'Institut pour la protection de la santé naturelle me pardonne, j'ai fait un copié-collé de l'interview de Michel Pierre, à l'occasion de la publication de son nouveau livre, Les Plantes du bien-être, aux éditions du Chêne. Il n'y a pas meilleurs arguments pour la création du diplôme que nous attendons tous et la reconnaissance d'un métier, celui d'herboriste!

 

 

La parole est aux herboristes !




Michel Pierre est herboriste depuis plus de 50 ans. Sa boutique, l’Herboristerie du Palais Royal résiste encore et toujours à l’interdiction qui est faite aux herboristes d’exercer depuis la suppression du diplôme en 1941. Mais les temps ont bien changé et le vent tourne. Car malgré une condamnation récente par le tribunal correctionnel de Paris, il sait que de meilleurs jours attendent l’herboristerie. La preuve en est que son livre Les plantes du bien être, publié au mois de mars 2014 aux éditions du Chêne, est déjà un succès en librairie.

1/ IPSN : Que retenez vous du procès qui vous a condamné simplement parce que vous tenez une herboristerie ?

Au-delà de l’injustice que représente cette procédure, qui vient me punir après plus de 50 ans de métier sans incidents, sans plainte de qui que ce soit et sans que jamais la clientèle ne faiblisse, je reconnais avoir eu de la chance : pour moi les autorités ont attendu tout ce temps. J’ai vu tous mes camarades se faire attaquer et condamner. Pas un n’y a échappé. C’était mon tour !

Mais la condamnation ne change rien. Pourquoi changerais-je ma façon de faire alors qu’elle apporte satisfaction au public depuis toujours ? La vérité, c’est que la législation est mal faite. Il n’y a pas de place au plan juridique pour les herboristes, alors que l’attente du public est forte. L’herboristerie appartient théoriquement au monopole pharmaceutique, mais même les pharmaciens ne peuvent pas exercer ce métier : ils ne sont pas formés pour et ils n’ont pas le droit de s’inscrire à l’ordre des pharmaciens en tant qu’herboristes. Cherchez l'erreur… Personnellement, je travaille pour ma part avec une pharmacienne dûment diplômée. Ce qui ne m’a même pas évité la condamnation…

Ce qu’il faut retenir, c’est le soutien du public. Lui est prêt à voir changer les choses. Les autorités finiront bien par suivre le mouvement. Et faire avancer le débat, c’est aussi un devoir citoyen. Nous devons continuer à nous battre jusqu’au bout pour que cette situation intenable change. Un diplôme d'herboriste doit voir le jour !

2/ IPSN : Les écoles d’herboristerie font le plein depuis un certain nombre d’années et le public se passionne pour la médecine par les plantes. Il y a donc une relève ?

Une relève ? Quelle relève ? Il y a des passionnés oui. L’engouement que suscite le congrès des herboristes ou la fête des simples (1) en sont des preuves. Le flot continu de clients dans les différentes herboristeries en France, y compris de médecins et de pharmaciens, en est une autre.

Mais il n’y a pas de relève. Il ne peut pas y en avoir. Tant que nous n’aurons pas de diplôme, nous n’aurons pas de garantie pour ceux qui veulent exercer ce métier. Il y a des gens qui ont des connaissances sur les plantes. Mais qui souhaiterait ouvrir une boutique en risquant, tout au long de sa vie professionnelle, de passer devant les tribunaux comme un délinquant simplement parce qu’il fait bien son métier ?

3/ IPSN : En attendant que nous obtenions ce fameux diplôme, que conseillez-vous à ceux qui voudraient s’installer ?

Il y aurait eu peut être un coup à jouer pour les magasins de diététique s’ils s’étaient positionnés autrement. Mais ils ont raté le coche. Ce qui fait l’herboriste, c’est son amour des plantes, sa capacité à les reconnaître au premier coup d’œil, à les conseiller selon ce qu’il connaît de leurs vertus et de ce qu’en dit la tradition. C’est celui qui est prêt à affronter les stocks de plantes en vrac, les fournisseurs et leurs cahiers des charges. Aujourd’hui, c’est aussi celui qui connaît les compléments alimentaires par le biais desquels on peut vendre davantage de plantes. C’est enfin celui qui connaît la législation et qui a de bons avocats. Vous voulez être herboriste ? Mon conseil est simple : provisionnez pour les procès et les tracasseries administratives. Pour le reste, allez-y, le monde est à vous !

Congrès des herboristes : 17 et 18 mai 2014

Le congrès des herboristes a lieu cette année à Lyon, au parc de la Tête d’or, les 17 et 18 mai prochains. Il est ouvert à tous professionnels et au grand public. L’objectif est de réunir tous les passionnés des plantes et de débattre sur l’avenir d’un métier qui doit retrouver toute sa place dans la société.

Vous trouverez le programme ici.

Vous pouvez vous inscrire ici.

Pour les professionnels, il est possible de tenir un stand à l’occasion du congrès. Une salle dédiée est spécialement prévue pour l’exposition des stands. Pour plus d’information contactez nous à l’adresse mail suivante : adelivois@ipsn.eu

Enfin, nous cherchons encore deux ou trois bénévoles pour tenir l’accueil ou le bar à tisanes. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez (contact@ipsn.eu), vous aussi, être acteur du congrès !

Bien à vous,

Augustin de Livois
Président de l'Institut pour la protection de la santé naturelle

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NatachaNlb 06/06/2016 01:25

Bonsoir,

J'ai l'habitude d'aller à l'herboristerie du Palais Royal depuis déjà quelques années, cependant, depuis peu, je souffre de diverses allergies alimentaires et chimiques et je pensais en allant dans cette herboristerie, trouver des conseils sur certaines plantes qui pourraient améliorer mon état, notamment pour l'insuffisance pancréatique, la candidose intestinale et l'acidité. J'ai effectivement trouvé des plantes pour améliorer mon état cependant, j'ai rencontré un problème avec une employée travaillant dans cette herboristerie qui a affirmé ne plus vouloir me servir à cause de mes nombreuses allergies. Je n'ai pas très bien compris étant donné que travaillant dans une herboristerie, on est censés savoir ce que contiennent les plantes, tel que le fenugrec en poudre. Il y a du gluten et d'autres allergènes dedans et je suis dans l'incompréhension totale car, ayant averti le personnel de mon hypersensibilité au gluten, je me pose la question suivante : comment est-ce possible que l'on me vende cette plante et qu'ensuite lorsque je viens la rendre car, il m'est bien sûr impossible de la prendre, la responsable me dise que la personne qui me sert habituellement ne veut plus me servir ni que je revienne dans cette herboristerie. Je cite ces propos : " Nous ne nous pouvons pas nous occuper de cas comme le vôtre, aucune personne allergique ne vient demander conseil pour prendre des plantes, il n'y a que vous ! Les gens qui viennent ici sont en bonne santé ! Peu importe la somme que vous ayez dépensée, nous ne vous servirons plus !" Donc, si je comprends bien, dans cette herboristerie, on ne soigne que les gens en bonne santé ! C'est formidable parce que je croyais sincèrement que les personnes qui se rendaient dans une herboristerie étaient des gens cherchant à se soigner avec des plantes médicinales et non pas des gens en bonne santé ! D'ailleurs, le but d'un herboriste, n'est-il pas de donner le moyen aux gens d'éviter de se soigner avec des médicaments chimiques et par conséquent de se soigner au moyen de plantes? Si la responsable de l'herboristerie du Palais Royal affirme que dans cette herboristerie, ils ne soignent aucune personne allergique alors on peut se demander pour quelle raison ils vendent une plante "Anti-allergique"?

Je suis assez outrée que l'on puisse s'adresser aux clients de cette façon, comme mentionné ci-dessus, je suis outrée que dans une herboristerie aussi connue que celle du Palais Royal, le personnel se donne le droit de dire qui il veut servir et qui il refuse de servir alors qu'il n'est pas maître des lieux ! Si ces personnes qui normalement, ont suivi une formation,refusent de donner conseil à des gens comme moi qui ont beaucoup de problèmes médicaux, on peut en déduire qu'elles n'ont pas une formation assez concluante pour être sûres des produits qu'elles vendent. Or cela peut-être assez grave ne pas connaître le contenu par exemple du Fenugrec que je m'apprêtais à prendre tout en étant hypersensible au gluten et en ayant des réactions allergiques à cette protéine. Cependant, mes réactions passent en quelques heures, ce qui n'est sûrement pas le cas des personnes céliaques qui elles, dans un tel cas, pourraient être hospitalisées durant plusieurs mois.

Après de tels faits, je peux conclure que ces personnes pensent qu'elles sont en train de vendre des vêtements ou des chaussures alors qu'elles vendent des plantes médicinales qui, quelques fois n'ont pas un effet anodin et qui peuvent entraîner des complications pas seulement chez des personnes au terrain allergène mais aussi chez des personnes cardiaques ou enceintes !

Dorénavant, avant de me servir dans une herboristerie, je prendrai mes renseignements sur internet qui sont plus sérieux qu'auprès des conseillères. J'espère que Monsieur Michel Pierre lira ce commentaire car je n'ai pas de moyen de me procurer son adresse mail et j'aimerais sincèrement qu'il en prenne connaissance car je doute qu'il sache que le personnel qu'il a employé pour représenter son herboristerie du Palais Royal, se montre parfois tout à fait incorrect, pressé, désagréable et ceci auprès d'une clientèle fidèle ! Et j'ajouterai, incompétent lorsque la recherche a besoin d'être approfondie !

En espérant que mon mail fera changer un peu les choses,

Bonne soirée !

Amour Claude 16/07/2016 23:05

Bonsoir, je ne peux pas répondre à la place de l'Herboristerie du Palais-Royal, cependant je peux vous répondre que si vous avez des problèmes médicaux sérieux, vous ne devez pas faire de l'automédication improvisée; et puis pourquoi ne pas consulter véritablement un herboriste, ou un phytothérapeute qui aura une vision complète de votre personne? On ne peut pas demander à des vendeuses en quelques minutes de déterminer une plante utile pour une personne, c'est pas comme ça que ça marche. Cordialement

TURICCHIA Josiane 01/08/2015 11:13

Je désire connaître l'adresse d'herboriste pour le produit "Herboristerie Palais Badià
pour les massages contre les douleurs rhumatismales,musculaires et articulaires ou tout autre produit similaire que je puisse acheter car j'ai de très fortes douleurs aux articulations.Adresse: Mme Josiane TURICCHIA. Chemin des Etales 40A. Le Châble.Canton du Valais. SUISSE

Cadeau De La Terre

  • : Blogueuse en herbes
  • Blogueuse en herbes
  • : Prendre soin de soi par les plantes, herboriser, déguster les plantes sauvages comestibles.
  • Contact

Recherche