Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2018 5 21 /12 /décembre /2018 15:24
Bonjour à tous,
 
Certains d’entre vous sont déjà au courant pour l’avoir vécu mais peut-être pas tous.
 
Parmi les “dernières paranoïas” des fraudes nous avons aujourd’hui la teneur en alcaloïdes pyrrolozydiniques (AP) dans les plantes.
 
Certains d’entre nous en ont déjà fait les frais et ont dû retirer la consoude et la bourrache suite à des analyses montrant des taux de AP trop élevés selon les “normes”.
 
Les AP seraient hépatotoxiques, mais combien de cas sont recensés? qui le sait? quelles études? Une récente étude précise que le danger est négligeable en cutané et par ailleurs, on retrouve entre autres ces AP dans les thés, les rooibos et le miel...
 
Alors aujourd’hui, pourquoi la consoude et la bourrache sont -elles mises au ban? et puis demain ???
 
Pourquoi est-ce que l’on s’obstine encore à chercher des noises à des producteurs, déjà en bio bien sûr, qui prennent soin de leurs plantes et de la terre, et qui n’ont jamais mis en danger personne?
 
Nous regardons passer les scandales sanitaires les uns après les autres alors que nous avons toujours la même épée de Damoclès sur les mises aux normes des étiquettes.
 
Nous ne pouvons vraiment plus nous taire et toujours retirer sagement de nos étals des plantes aromatiques et médicinales qui n’ont jamais menacé la santé de nos clients. 
 
Combien ont déjà dû retirer le bleuet, le plantain, le calendula, maintenant la consoude et la bourrache, et demain ?
 
Et lorsque les plantes sont autorisées, ce que l’on nous reproche, ce n’est même pas la qualité de nos produits, ce sont nos étiquettes!
 
Nous en avons vraiment marre de passer du temps syndical et du temps de producteur pour nous justifier, puis retirer des produits qui font du bien aux gens et qui ont fait leurs preuves depuis des siècles.
 
Nous ne pouvons pas accepter constamment ce deux poids-deux mesures entre les tolérances aux pesticides et autres produits dangereux de l’industrie chimique et dans le même temps l’interdiction de nos plantes jusque-là bienfaisantes et reconnues comme telles.
 
Nous ne voulons plus nous taire, nous ne nous tairons plus, un jour le bon sens reprendra ses droits!
 
Nous envisageons d’ailleurs avec Thierry de faire un communiqué de presse à ce sujet; c’est important, il faut encore et encore s’insurger sinon chacun face à son contrôleur ne peut pas s’en sortir.
 
Mais avant nous avons besoin de savoir:  depuis 35 ans d’existence du Syndicat et de vente de ces plantes, l’un d’entre vous aurait-il (elle) connaissance de problèmes hépatotoxiques liés à la bourrache et à la consoude chez vos clients ?
 
Merci de répondre juste par oui ou non sur ce lien : https://framadate.org/dgDjv26Zsix5jKX1.
Vous pouvez également laisser un commentaire/retour d'expériences avec votre nom sous les votes du sondage.
>
>
Nous devons nous appuyer sur vos retours d’expérience, c’est notre base.
 
 
A bientôt, Simplement vôtre.
 
J.-François Roussot
Co-secrétaire général
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 20:56

 

La présence de la journaliste du Journal du Centre au Morwan Café, lors de l'atelier sur les plantes anti-inflammatoires, nous vaut une bonne publicité pour l'association! Merci à tous les adhérents présents pour ce bel après-midi.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 12:17

Petite chronique de Fallopia japonica (renouée du Japon)

Fallopia japonica,
une « amie » qui vous veut du bien

Texte de Laurent Taillebois

Blog de Laurent : plantaisons.com

 

" Mais qu’est ce qu’on n’entend pas à mon sujet, c’est regrettable…
Il semble que tout le monde me déteste.
Je ne serais pas là où il faut… Je serais un truc trop envahissant. J’étoufferais les autres en cherchant à prendre leur place. Je ne servirais à rien, uniquement à provoquer des problèmes.
On me voit partout et on ne me connaît pas, on ne cherche pas à me comprendre ou à s’adapter à mes singularités.
Pendant tout ce temps, c’est vrai, je prolifère et on me voit encore plus chaque printemps.

Je suis la renouée du JaponFallopia japonica, en latin. Mon nom commun indique que je suis une étrangère, ça démarre mal ! Je m’appelle renouée… J’ai un homonyme, la renouée des oiseaux, que les jardiniers trouvaient envahissantes, mais je n’ai rien à voir avec elle comme vous le verrez. Vous m’avez certainement déjà vue et même parlé de moi au détour d’une conversation. Je ne passe pas inaperçue avec mes tiges comme du bambou.
Mais m’avez-vous déjà mangée? Avez-vous profité de mes propriétés médicinales?  Elles pourraient vous soulager de quelques maux bien plus problématiques que ma croissance au bord des chemins!
Savez-vous que je suis un excellent fourrage que les chevaux, chèvres, moutons et autres boeufs apprécient dès ma pousse printanière?


Ah oui… Je commence à vous intéresser. Etes-vous curieux de mieux me connaître?

Alors laissez-moi vous conter.

Je suis une plante d’origine exotique. Le bassin de mes ancêtres est l’Asie, la Chine particulièrement. Je suis connue là-bas depuis des millénaires et les hommes ont appris à m’apprivoiser car mes qualités ne tardent pas à se voir quand on s’intéresse à moi.
Je suis arrivée en Europe après un très long et lent voyage. Les botanistes notent mon arrivée en France en 1939. Les caravanes commerciales devant trouver de la nourriture abondante en tout lieu ont eu l’idée de me planter sur les bords de route. J’ai pu comme ça coloniser des milliers de kilomètres carrés pour finir dans la panse de quelques mammifères et arriver en Europe. Ces derniers temps, ma colonisation a été accélérée, ils sont là les reproches. Avec la mode des jardins paysagés, on m’a plantée partout, est-ce ma faute? Ma croissance rapide, ma beauté, il faut le dire, et ma grande capacité d’adaptation m’ont donné le titre de reine des jardins, pour un temps. Une fois que je suis bien implantée, pas grand-chose ne peut arriver à bout de mes touffes de tiges.

Laissez-moi me décrire : je suis une plante vivace, annuelle. Je pousse dans des endroits pauvres et maltraités comme les friches, les talus ou autres tas de gravats.
Je pousse très bien dans des endroits très riches, aussi. Je ne fais pas la difficile.
Une fois que mes rhizomes sont installés jusqu’à 4 mètres de profondeur, je prolifère car entre plants, on s’entraide. Au printemps je pousse en asperge. Ces tiges poussent de quelques centimètres par jour jusqu’à faire de grandes cannes qui atteignent entre 1 m et 3 m, certaines montent à 4 mètres. A l’extrémité de mes tiges qui ressemblent à du bambou se déploient de larges feuilles en forme de coeur (c’est mignon). Mon couvert végétal ne passe pas inaperçu et l’ombre que je provoque rend difficile la pousse de plantes concurrentes. Je finis, entre la densité de mes racines et de mon feuillage, par supprimer toute autre espèce. C’est ce qui fait peur, j’avoue, j’ai tendance à me sentir tout de suite bien là où je suis. Mais peut-on me reprocher d’avoir eu envie de mettre toutes chances de mon côté? Je prépare le terrain pour des arbres qui vont arriver par prendre le dessus sur moi. Ça personne ne le dit.

 

Pour me faire apprécier de tous, j’ai beaucoup d’autres qualités, les voici.

Déjà, je suis facile à trouver. Pour me récolter, il faut s’assurer que je ne me suis pas installée dans une friche industrielle ou dans des gravats. Mes grands rhizomes et ma capacité à fixer tous les métaux présents autour de moi pourraient rendre toxiques les racines qui y seraient récoltées. Vous devez donc choisir un endroit non pollué, éloigné des routes passantes. Oubliez les bandes colonisées le long de la route d’Autun, après la gare de Millay, ne pensez pas à me manger quand vous avez le moindre doute sur l’histoire du sol qui m’a accueillie. En revanche, sur le bord éloigné d’une route de campagne, dans le Morvan par exemple, le long d’un chemin ou dans le jardin, regardez-moi avec envie et dévorez-moi.

Vous me reconnaîtrez facilement dès le printemps. Je repousse là où j’étais implantée la saison précédente. Si un broyeur indélicat a coupé mes tiges et que des petits morceaux de 2 ou 3 centimètres ont échappé au carnage, il y a de fortes chances pour que je me sois même étalée. Eh oui, me broyer pour lutter contre mon envie de vivre est la pire des bonnes idées.


Pour arrêter de m’étaler, il faut me manger :

  bêtes et gens, je vous y invite!

Vous pourrez me déguster dès mes premières pousses. Les asperges sont délicieuses en salade. Vous pouvez me cuire comme des asperges plus classiques. Voici quelques recettes. 
Lorsque mes tiges sont plus grandes, vous pouvez m’éplucher et me presser. Mon jus est acidulé comme de la rhubarbe. Les enfants d’Asie le savent bien et je suis souvent mâchée et sucée sur le chemin de l’école. Ma sève peut être faite en sirop ou en jus qui vous étonnera et vous apportera sels minéraux et vitamines. Pensez à bien m’éplucher et à ne pas abuser de mon goût car je contiens de l’acide oxalique qui peut être contre-indiqué chez les goutteux.

Lorsque je me déploie, tout au long du printemps, mes feuilles sont tendres et douces. Elles remplacent les feuilles de vigne pour faire des bouchées au riz. Vous pouvez me mettre dans du rhum à macérer pendant un mois. Je vais donner à l’alcool un délicieux et subtil parfum de fleurs. Vous apprécierez aussi mes vertus médicinales à cette occasion. Nous en reparlerons un peu plus loin.
Mes feuilles peuvent se faire sécher tout l’été et être bues en tisane. Elles peuvent aussi remplacer le tabac, la combustion lente donne une fumée agréable qui ne contient pas de nicotine.
A l’automne, quand il ne reste plus beaucoup de choix pour les butineurs, je couvre mes parties supérieures de grappes de fleurs au parfum délicat qui offrent des possibilités mellifères importantes. Je donne un miel dense et parfumé. Je suis certaine que mes fleurs pourraient rentrer dans des boissons rafraîchissantes originales. Tout reste à explorer. En revanche, ne cherchez pas mes fruits. Ils sont minuscules et stériles. Je me reproduis par bouturage, un oeil d’asperge suffit ou un petit morceau de tige.

Quand l’automne s’est installé, c’est là que je fais profiter les humains de mes meilleurs atouts. Il faut un peu de courage et de détermination pour aller arracher mes racines. J’aime les faire grosses et ramifiées. Avec une bêche à dents, une pioche et de l’énergie, vous arriverez à m’extraire du sol pour me laver, me broyer et me faire sécher.
Vous pourrez alors préparer différentes potions en fonction de ce que vous préférez pour bénéficier de mes propriétés médicinales. C’est dans mes rhisomes que je concentre le plus de ce composé miraculeux appelé RESVERATROL. C’est un composé connu. Vous en avez déjà entendu parler dans un fruit bien plus connu que moi qui donne une boisson appréciée…
Le [resse véra trolle] est le fameux anti-oxydant du vin. Mis à toutes les sauces de l’industrie cosmétique, il est considéré comme le polyphénol de jouvence.

Un concentré de jouvence


Eh oui, je suis un concentré de jouvence. Vous commencez à me regarder d’un oeil différent. Êtes-vous prêt à écouter toutes mes qualités?

Je suis :
– digestive;
– diurétique;
– antipyrétique (diminue la fièvre);
– hypotensive;
– anti-cancer;
– anti-douleur;
– cardio-protectrice;
– anti-inflammatoire.
Oui, tout ça et plus encore…

Je suis utilisée en médecine traditionnelle chinoise depuis toujours. Je suis l’une des racines les plus importantes avec le ginseng. On m’apprécie pour la circulation sanguine et l’élimination des toxines. Je lutte efficacement contre la constipation, les douleurs articulaires, les lésions traumatiques, les troubles menstruels, mais aussi l’arthrite.
Mes jeunes feuilles peuvent être malaxées pour stopper les hémorragies. Elles agissent également comme un anti-douleur local. 
Dans le domaine de la médecine moderne, mon rhizome, présentant jusqu’à 50 fois plus de resvératrol que dans la tige, bénéficie d’une grande réputation. En effet, il est utilisé dans les traitements de l’hépatite, la bronchite chronique,  le cancer, l’athérosclérose, la diarrhée, la leucorrhée, l’hypertension, les morsures de serpent ou les brûlures.
Toujours en médecine traditionnelle, mes tiges épluchées, séchées et broyées servent de compléments alimentaires dans le processus d’amollissement des selles. Elles favorisent également l’évacuation urinaire.

Les études les plus récentes de mes propriétés thérapeutiques me donnent un avenir très prometteur. Avez-vous remarqué comme la nature est bien faite? Les humains constatent un nombre important de maladies de Lyme, un envahissement des forêts par les tiques et en même temps on me laisse la chance de me développer pour vous offrir ma protection et mes soins contre ce fléau.
Oui, avec tous mes bienfaits conjugués, je suis aussi utile pour lutter contre les symptômes inflammatoires de la maladie de Lyme. Vous trouverez sur ce site internet un excellent article qui décrit les mécanismes et le protocole de lutte contre Lyme. Les vertus anti-inflammatoires, qui aident à gérer les symptômes de l’arthrite de Lyme, sont très précisemment décrites.

Alors? On est réconciliés? Vous m’avez peut-être jugée un peu vite?

Je vous pardonne.


Comment savoir si vous ne prenez pas le temps de me connaître et de m’apprécier? C’est chose faite maintenant.
Vous souhaitez me consommer? Ce n’est pas très facile… Tout se mérite finalement.
Vous pouvez m’acheter en gélule, toute broyée ou macérée. Vous n’aurez que votre confiance pour savoir ce que ces bonbons pharmaceutiques contiennent. C’est facile de s’en procurer. Une recherche rapide sur internet vous fera en trouver à un tarif élevé.
Je vaux de l’or pour qui sait m’exploiter.
C’est pour ça que vous ne me trouverez pas au coin de la rue.

Oui… Malgré toutes les bonnes choses que j’offre et malgré les faibles risques d’intoxication que je fais courir, je suis interdite à la vente. Je ne fais pas partie des 142 plantes autorisées dans le commerce.
Alors pour m’apprécier pleinement en attendant que la loi soit réformée et que les lobbies de la pharma-chimie puissent me libérer pour vous tous, il vous reste à aller me récolter, me laver, me broyer, me faire sécher et me réduire en poudre. Ce qui peut prendre un temps certain.

Dégustation

Avec cette préparation de base, vous pourrez me mettre dans de l’alcool à hauteur de 200g pour 1 litre d’alcool à 40% et me laisser macérer un mois. Avec cette teinture-mère, vous pourrez prendre 10 gouttes chaque matin dans un verre d’eau pour bénéficier des qualités du resvératrol.

Vous pouvez aussi préparer une décoction en faisant bouillir de 5 à 30 grammes de mes racines préparées dans un litre d’eau. Après 20 minutes d’ébullition, laissez refroidir et buvez la préparation au cours de la journée.

Ma racine broyée finement peut aussi être ajoutée au café et extraite à l’eau sous pression du percolateur. Mon goût est agréable et vous bénéficierez rapidement de mes qualités médicinales simplement.

Comme vous l’avez compris, je suis une plante si intéressante et si généreuse que je ne peux que vous inviter à célébrer mon sacrifice. Soyez assuré que vous vous sentirez bien pour de nombreuses années en ma compagnie, je l’espère.

Il ne vous reste plus qu’à me déguster aujourd’hui en racine en attendant le printemps où mes asperges vous attendront à coup sûr.

Toutes ces données sur ma personnalité sont à caractère informatif. Elles résultent d’une recherche et d’une synthèse des publications officielles sur la renouée du Japon sur différents sites web spécialisés dans l’herboristerie et la phytothérapie.

Les expérimentations culinaires et les préparations végétales pour améliorer le bien-être sont décrites ici par Laurent Taillebois, paysan herboriste autodidacte et autoproclamé sur le territoire de Luzy (58). Il m’étudie et a mis en application tous ces points depuis un bon moment déjà.

Considérée comme un complément alimentaire favorisant le bien-être, je ne voudrais pas faire de diagnostic, ni de pharmacie. Comment voulez-vous qu’une plante aient ces ressources?…

Signé : Fallopia

Texte rédigé à l’occasion de l’atelier tisane du 13 novembre 2018, animé par Claude Amour de l’association Simplement qui promeut le bien-être par les plantes.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 21:34
La visite à la Safranière fut une belle découverte d'une culture rare et délicate et de producteurs passionnés et accueillants.

 

Les premières fleurs de Crocus sativa (safran) indiquent le moment de la récolte; cette année, celle-ci est tardive, étant donné la sécheresse.
Les premières fleurs de Crocus sativa (safran) indiquent le moment de la récolte; cette année, celle-ci est tardive, étant donné la sécheresse.
Les premières fleurs de Crocus sativa (safran) indiquent le moment de la récolte; cette année, celle-ci est tardive, étant donné la sécheresse.
Les premières fleurs de Crocus sativa (safran) indiquent le moment de la récolte; cette année, celle-ci est tardive, étant donné la sécheresse.

Les premières fleurs de Crocus sativa (safran) indiquent le moment de la récolte; cette année, celle-ci est tardive, étant donné la sécheresse.

La conférence avec appui de diapositives sur écran était remarquable de précisions historiques, agronomiques, médicinales et diététiques. Grande et belle fleur, grandes vertus!

La conférence avec appui de diapositives sur écran était remarquable de précisions historiques, agronomiques, médicinales et diététiques. Grande et belle fleur, grandes vertus!

Partager cet article
Repost0
12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 20:58

 

Atelier du 15 juin 2018

Boissons estivales et vins apéritifs

 

Pour ce dernier atelier de l’année et à l’arrivée de l’été, nous allons nous réjouir de tout ce que peut nous offrir la nature, à ne plus savoir où donner de la tête, et échanger nos expériences de transformation des feuilles, fruits et racines en de délicieux breuvages pour tous.

Nous discuterons des vertus et autres principes actifs des sirops, limonades, probiotiques, vins spiritueux, apéritifs alcoolisés ou non, et nous les goûterons autant que possible !

Car il faut boire quand il fait chaud, boissons fraîches ou brûlantes, tout pour se désaltérer, le corps étant constitué principalement d’eau.

PS : A la fin de l’atelier, les adhérents de Simplement sont conviés à l’assemblée générale de l’association, qui donnera les comptes de l’année, et délibérera sur la suite des activités dès la rentrée !

Venez nombreux au local Horizon, à Luzy, vendredi 15 juin, de 16 h à 18 h.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 21:16
Voilà le buis tout neuf qui apparaît après un sévère nettoyage au karcher.

Un copain m'avait dit quand je lui ai montré la catastrophe : tu devrais essayer le karcher, il paraît que ça marche bien! Surtout il faut insister sur le pied du buis, et aussi sous les feuilles.

Le lendemain, j'essaie un premier nettoyage : pendant au moins 20 minutes, je passe l'engin branché sur l'eau du puits sur les trois pieds de buis qui sont proches les uns des autres. Sur les pieds, à l'intérieur de l'arbuste, par en dessous, sévère lavage de la plante.

Puis j'ai recommencé quelques jours plus tard n'étant pas satisfaite du résultat. Et voilà, après deux jours j'ai vu que le buis réagissait, et les petites feuilles vertes apparaissaient timidement sur tout l'arbuste! Je surveille maintenant presque chaque jour l'apparition de nouveaux ennemis, mais pour l'instant tout se passe bien.

De plus, il n'est pas recommandé de tailler le buis, car il est déjà fragilisé par les chenilles, donc malade; ce n'est pas la peine d'en rajouter à sa santé!

On me dit qu'elles reviendront l'année prochaine; mais déjà ça fait une année de gagné! et puis on recommencera, c'est pas grave et non polluant!

 

Le buis nettoyé des chenilles (pyrales) par le karcher à fond.

Le buis nettoyé des chenilles (pyrales) par le karcher à fond.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 21:38

La verveine officinale de mon jardin

L'association Simplement a organisé,

 au local Horizon à Luzy,

un atelier tisanes, le vendredi 18 mai 2018.
 

Le thème de cet atelier était
« Les plantes du sommeil »

 

Présentation :

Dormir est une fonction vitale de l’organisme, on le sait, on le sent, on le recherche, on en désespère parfois, on s’énerve dans son lit, on compte les heures, les moutons, on passe sa journée en revue, on ne trouve pas le sommeil, mais finalement c’est le sommeil qui nous trouve.

Très souvent aucune autre médication n’égale une nuit de bon sommeil !

Mais les nuits ne sont pas toutes semblables ; quelquefois on dort peu, mais la nuit suivante on récupère ; ou alors le corps trouve sa réparation dans la journée : la sieste, les moments de calme, la méditation, la marche au grand air, etc, tout ce qui provoque une détente de l’esprit est bénéfique pour le sommeil à venir.

Une bonne nuit se prépare : manger léger est une recommandation connue, quelquefois difficile à suivre ; ne pas trop chauffer la chambre ; aérer les pièces de la maison dans la journée ; et bien sûr chasser les soucis autant que se peut !

Surtout ne pas sombrer dans le pessimisme et se dire qu’on n’y arrive pas et qu’on va prendre un somnifère !

Enfin on parle d’insomnie quand il y a un manque de sommeil aigu ou chronique. On est alors fatigué dès le réveil ou dans la journée. Les causes sont multiples : rumination mentale, incapacité à se détendre, excès d’aliments excitants ; ou encore douleurs, inconforts.

Les aliments conseillés dans le cas de l’anxiété conviennent également dans le cas de l’insomnie.

Les plantes sont là, sous diverses formes : en vrac, en sachets, en gélules, en huiles essentielles, en teintures mères, en sirops, en vins médicinaux, liqueurs, etc.

Nous allons parler de plantes communes qui sont accessibles à tous, et qui poussent dans nos jardins ou alentour ; vous pourrez les ingérer à votre façon ; nous verrons que les plantes du sommeil agissent aussi sur d’autres organes du corps, car c’est le totum de la plante qui est important.

  1. L’aubépine (Craetaegus monogata, Rosacées) : l’aubépine est un régulateur cardiaque, utile en cas d’hypertension ou d’hypotension. En ce sens, elle induit au sommeil. (Sommités fleuries)
  2. L’aspérule odorante (Gallium odoratum, Rubiacées) : excellent antistress, elle apaise et régule le système nerveux et neurovégétatif. Calmante apaisante, sédative, elle stimule également le système digestif. (Sommités fleuries)
  3. La lavande officinale (Lavandula officinalis, Lamiacées) :  c’est une alliée sûre contre le stress ; antiseptique, antispasmodique, elle est apaisante. (Sommités fleuries)
  4. Passiflore (Passiflora incarnata, Passifloracées) : C’est l’une des meilleures plantes médicinales des troubles nerveux. C’est une plante tranquillisante au sens large, sédative, relaxante.  On l’emploie accompagnée d’autres plantes comme le tilleul, le coquelicot, le mélilot, la marjolaine, le houblon, la valériane ou encore la verveine, etc. (Parties aériennes feuilles et tige).
  5. La primevère officinale (Primula officinalis, Primulacées) : Hildegarde de Bingen recommandait cette plante contre la mélancolie, l’apoplexie et la paralysie. Elle est utile contre l’insomnie et les angoisses. On emploie les fleurs, les feuilles et la racine qui jouissent toutes des mêmes propriétés.
  6. Mélisse (Melissa officinalis, Lamiacées) : Elle est considérée comme une plante digestive mais aussi comme équilibrante du système nerveux. Antispasmodique digestif, calmant cardiaque, anti-inflammatoire. (Feuilles)
  7. La marjolaine (Origanum majorana, Lamiacées) : elle a des effets antidépresseurs et calmants ; antimigraineux, c’est un léger tonique cardiaque ; son usage traditionnel est dû au fait de ses propriétés digestives et antispasmodiques. (Feuilles et sommités fleuries).
  8. Nénuphar blanc (Nymphaea alba, Nymphéacées) : Sédatif et apaisant, le nénuphar blanc est utile contre l’insomnie, l’agitation et l’anxiété.
  9. Tilleul (Tilia cordata, Tiliacées) : la fleur est sédative et anxiolytique, antistress, antispasmodique digestif, hypotenseur. Elle facilite le sommeil sans risque d’accoutumance, c’est la panacée des fatigues nerveuses ! (Fleurs et bractées)
  10. Verveine officinale (Verbena officinalis, Verbénacées) : à ne pas confondre avec la verveine citronnée, qui est un petit arbuste. Elle possède surtout des propriétés sédatives et calmantes du système nerveux ; elle est indiquée dans tous les cas de troubles dépressifs, hypernervosité, céphalées de tension et migraines. Elle est aussi digestive, hypotenseur. (Sommités fleuries).
  11. Cette liste n’est pas exhaustive et je peux rajouter quelques autres plantes utiles et sans risques : le lamier blanc, la fleur d’oranger, les chatons de saule, le coquelicot, le lotier corniculé, la valériane (racines), le houblon (cônes), la camomille.
  12. Bibliographie utilisée : Au bonheur des plantes, de Michel Pierre et Michel Leiris, Edition Le Pré aux clercs; Guide familial des plantes médicinales, Nathalie Macé co-auteure, ed. Mango.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 17:43

La sève de bouleau, c'est pour bientôt, vu que la lune change samedi!

Je vais donc percer mon arbre favori vendredi ou samedi selon le temps, on verra.

Egalement préparons nous pour l'ail des ours, car les feuilles pointent le bout de leur nez.

Les régals du printemps, c'est maintenant!

Partager cet article
Repost0
22 février 2018 4 22 /02 /février /2018 10:46
Le  samedi 10 mars, l'atelier tisanes a eu l'occasion d'accueillir Nathalie Macé, enseignante à l'Ecole des plantes de Paris, qui a fait une conférence le lendemain à la Journée portes ouvertes de l'Echelle.

Le thème de cet atelier était la reprise de la rhumatologie; Nathalie Macé a participé avec des reproductions de plantes citées captées sur son ordinateur. Bonne ambiance, la dégustation a toujours de nombreux amateurs.

Regardez en l'air, regardez la terre, c'est bientôt le printemps, ça bourgeonne de tous les côtés!

Reprise du thème sur la rhumatologie; bonne affluence et super ambiance.
Reprise du thème sur la rhumatologie; bonne affluence et super ambiance.
Reprise du thème sur la rhumatologie; bonne affluence et super ambiance.
Reprise du thème sur la rhumatologie; bonne affluence et super ambiance.

Reprise du thème sur la rhumatologie; bonne affluence et super ambiance.

Partager cet article
Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 15:43

Cette année, l'herboristerie est à l'honneur! ? Nous avons invité une conférencière, Nathalie Macé de l'Ecole des plantes de Paris, qui nous fera un panorama historique de notre métier.

Le programme des séances découverte. Sans oublier la présence de la librairie La Promesse de l'Aube, d'Autun, qui tiendra un stand de livres appropriés.

Le programme des séances découverte. Sans oublier la présence de la librairie La Promesse de l'Aube, d'Autun, qui tiendra un stand de livres appropriés.

Partager cet article
Repost0

Cadeau De La Terre

  • : Blogueuse en herbes
  • : Prendre soin de soi par les plantes, herboriser, déguster les plantes sauvages comestibles. Simplement est une association qui vise à faire connaître les simples. Autrement dit, les plantes médicinales.
  • Contact

Recherche